Les colorations capillaires

Le cheveu doit sa couleur naturelle à la présence plus ou moins forte de mélanine. Les colorations, en salon ou à la maison, permettent de changer cette couleur. Apparues à l’origine pour cacher les cheveux blancs, les colorations sont aujourd’hui utilisées à tout âge par ceux et celles qui souhaitent changer de tête en donnant à leurs cheveux une infinité de tons différents ou de simples reflets.  Après des années d’utilisation aveugle, l’effet des colorations sur la santé suscite depuis peu quelques inquiétudes, surtout en ce qui concerne leur rôle présumé dans l’augmentation des risques de cancer de la vessie. Nous y reviendrons bientôt mais penchons-nous d’abord sur le contenu de ces produits et sur leur fonctionnement.  cheveux mauve

Si vous voulez changer de couleur de cheveux, plusieurs possibilités s’offrent à vous

La teinture au henné considérée comme la plus sûre mais qui, nous le verrons, a ses avantages et ses inconvénients (risques d’allergie notamment), ou toute une série de teintures chimiques. 

Colorations végétales

Les teintures végétales se distinguent des colorations chimiques que nous aborderons à la rubrique suivante bien qu’elles puissent être considérées comme permanentes ou semi-permanentes.  Elles ne jouent pas sur l’interaction entre les colorants chimiques et les cheveux mais sur les propriétés colorantes de certaines plantes. La palette de couleurs est plus limitée et l’ingrédient le plus répandu est le henné qui donne une couleur rouge ou noire. S’utilisent également la camomille (pour éclaircir) ou le brou de noix (châtain foncé). Le henné forme une sorte de gaine autour du cheveu qui lui donne une autre couleur et le rend plus épais. D’où cette croyance très répandue qui veut que le henné renforce les cheveux.  Opter pour une teinture végétale n’est pas forcément sans risque, et certaines mises en garde s’imposent. Ces produits peuvent provoquer des réactions allergiques chez les personnes prédisposées, par exemple des allergies au pollen, aux plantes, à la poussière (le henné provoque des réactions allergiques chez une femme sur 300), même si aucune mention dans ce sens ne figure sur l’emballage. L’exposition au soleil accentue parfois ces réactions.  Les réactions allergiques peuvent provenir tant du composé de base que de la méthode de préparation ou de fabrication. En effet, le produit peut contenir des impuretés ou des ingrédients qui ne sont pas toujours clairement mentionnés sur l’étiquette, ce que le consommateur ignore et ne prend donc pas la peine de vérifier. La présence de paraphénylène diamine, utilisé pour raccourcir le temps de pose et accentuer la brillance, est une cause probable de dermatite allergique de contact et d’hypersensibilité. Nous vous conseillons d’examiner attentivement la liste des ingrédients. 

Bon à savoir : restez vigilant 

Si vous utilisez des colorations végétales, lisez bien les instructions qui devraient figurer dans le mode d’emploi mais qui n’y sont pas toujours: à savoir, faites un test 24 heures avant sur le dos de la main, n’utilisez pas le produit sur les sourcils ou les cils, évitez le contact avec les yeux et si cela se produit, rincez immédiatement. Protéger vos cheveux en faisant des masques capillaires .

Les trois types de coloration 

Si vous avez opté pour un produit chimique, il y a trois méthodes, de la plus douce à la plus radicale. 

La coloration temporaire 

Elle ravive la couleur naturelle en y apportant des reflets. Les colorants se déposent sur la cuticule capillaire mais n’y pénètrent pas et s’éliminent donc après plusieurs lavages. Ces produits se présentent le plus souvent sous forme de shampoings colorants ou de mousses après-shampoing. 

La coloration semi-permanente 

Ce type de coloration tient plus longtemps que les colorations temporaires, entre six et huit semaines. Ils foncent les cheveux en ravivant la couleur naturelle, couvrant ainsi les premiers cheveux blancs mais ils ne permettent pas d’éclaircir les cheveux. 

La coloration permanente 

Elle est la plus utilisée car elle permet de changer la couleur de cheveux de façon radicale, que cela soit plus clair ou plus foncé. Ce type de coloration résiste bien aux lavages et autres agressions extérieures comme le frottement ou le soleil.  Ces produits jouent sur l’oxydation des pigments capillaires et donc sur leur transformation en pigments d’une autre couleur, non solubles dans l’eau. L’eau oxygénée et l’ammoniaque créent les conditions idéales pour que les pigments colorants pénètrent dans la fibre capillaire et s’y fixent.  La décoloration est le résultat de la réaction du peroxyde d’hydrogène (eau contenant 3 à 4 volumes d’oxygène) dans un milieu alcalin au pH 9 (en pratique dans une solution ammoniacale). 

capillaire couleur décoloré

Fini les cheveux blancs: haro sur l’acétate de plomb 

Aujourd’hui, cette substance est interdite dans l’Union européenne. Néanmoins, il faut savoir qu’elle était utilisée comme additif colorant dans les techniques de coloration capillaire, ces cosmétiques qui rendent leur couleur naturelle aux cheveux blancs en remplaçant la mélanine par ledit métal.  Inhalé, l’acétate de plomb peut provoquer toux et maux de gorge. En contact avec les yeux et la peau, il occasionne rougeurs et douleurs.  Il figure également parmi les substances potentiellement toxiques et cancérogènes. En effet, le plomb s’accumule dans l’organisme surtout dans le foie et les reins et entrave leur fonctionnement. Précisons que les quantités de plomb dans ces fameuses colorations sont très limitées (vérifiez qu’il n’apparaît pas dans les premiers ingrédients de la liste), ce qui exclut toute réaction violente. Mais le problème concerne l’accumulation du plomb et ses effets à long terme. Donc, mieux vaut éviter ce type de produit car les effets néfastes d’une utilisation continue et prolongée sur l’organisme n’ont pas été écartés.