Lorsque l’on ajuste l’heure de son alarme à l’occasion du changement d’heure saisonniers en France par exemple, cela n’entraîne pas seulement la fatigue. Les études montrent que ces changements ont un certain nombre d’effets néfastes sur la santé. Le fait de manquer une heure de sommeil peut sembler anodin, mais cela a en réalité un impact significatif sur notre santé et notre bien-être.

En moyenne, on perd 40 minutes de sommeil le lundi suivant le changement d’heure et il n’est pas rare d’avoir le sommeil perturbé pendant des jours, voire des semaines après cela. Les statistiques indiquent qu’environ 50% des adultes se sentent extrêmement ou quelque peu fatigués après le changement d’heure.

Même si l’on ne se sent pas fatigué, le changement d’heure dérègle notre horloge interne, ce qui peut nous affecter de manières surprenantes. La lumière est le régulateur le plus puissant du rythme cardiaque. Lorsque l’on change l’exposition au soleil que l’on a l’habitude d’avoir au cours de la journée, celui-ci est perturbé.

Prise de décision

La recherche a depuis longtemps montré que le manque de sommeil affecte notre capacité à réfléchir et prendre des décisions. Les études ont également montré que les individus qui ne dorment pas suffisamment ont plus de chances de prendre des risques et faire des erreurs. Cela explique peut-être pourquoi on enregistre un pic d’erreurs médicales, d’accidents du travail et d’accidents de voitures après les changements d’heures saisonniers.

En général, le manque de sommeil nous prive des fonctions du lobe frontal qui est la partie du cerveau qui nous empêche de faire des choses qu’on ne doit pas faire. Plus on manque de sommeil, plus on est enclin à céder aux impulsions et faire les mauvais choix.

Une étude a passé en revue les détails d’accidents de voiture sur une période 10 ans pour découvrir une augmentation de 5% du nombre d’accidents de voiture mortels au cours de la semaine qui suit le changement d’heure. Du fait que cette augmentation n’était pas observée suite au changement à l’heure d’hiver, ce pic d’accident est très probablement lié au manque de sommeil.

Mémoire et concentration

Encore une fois, la recherche montre que le manque de sommeil a un impact négatif sur la mémoire, la capacité d’attention et de concentration. Il faut s’attendre à être plus facilement distrait et moins productif le jour qui suit le changement d’heure.

Une étude a montré une nette augmentation du temps de navigation pour des raisons personnelles au travail le lundi qui suit le changement d’heure. Lorsque l’on dort, notre cerveau jongle avec de nombreuses tâches importantes. Nous avons besoin d’un sommeil profond pour pouvoir, le lendemain, effectuer plusieurs tâches en même temps et rester attentif.

Appétit et envies

Les gens ont tendance à ressentir une sensation de faim plus intense que la normale au cours de la semaine qui suit le changement d’heure. Cela s’explique en partie parce que l’on prend nos repas une heure plus tard, mais c’est aussi à cause des fluctuations des niveaux d’hormones dans notre cerveau.

Même les plus petits manques de sommeil augmentent le taux de ghréline (l’hormone de la faim) et supprime la leptine qui nous fait ressentir la satiété après les repas.

Lorsque l’on ressent une faim plus intense, on a tendance à avoir envie de pizzas, de pâtisseries et autres aliments riches en graisses et en sucre. Cela s’explique tout simplement par le fait que lorsque l’on manque de sommeil, nous faisons des choix moins sains.

Irritabilité

On sait bien que le fait d’être fatigué change notre humeur. La recherche indique qu’il est plus difficile de réguler ses émotions sans une bonne nuit de sommeil. On se sent alors irritable, impatient et plus enclin à s’énerver avec ses proches.

Les méfaits du changement d’heure saisonnier en fonction des saisons

Les effets négatifs du changement d’heure saisonnier se transforment souvent en de plus gros problèmes de santé et de sécurité publique. En plus d’augmenter le nombre d’accidents mortels sur la route, les statistiques montrent un nombre accru d’accidents du travail au cours des jours qui suivent le changement d’heure en mars. Les études ont également révélé une augmentation du risque d’accident vasculaire cérébral ischémique et de crise cardiaque durant les jours qui suivent le changement d’heure. Bien que les études et statistiques ne montrent pas un lien de causalité entre le changement d’heure et ses effets négatifs sur la santé, elles mettent en évidence l’importance et la fragilité de notre sommeil, d’où la question suivante : si un changement d’une heure de temps de sommeil est suffisant pour augmenter le risque de crise cardiaque chez une personne ayant des problèmes cardiaques, quels autres problèmes de santé insoupçonnés peuvent être aggravés par le changement d’heure saisonnier.  D’un autre côté, ces statistiques montrent une baisse du nombre de crises cardiaques, accidents de la route et autres durant les jours qui suivent le retour à l’heure normale en automne.

Comment les lève-tôt et les couche-tard s’ajustent-ils au changement d’heure ?

Il se trouve que les lève-tôt s’ajustent plus facilement au changement d’heure de printemps, ce qui est plus difficile pour les couche-tard qui peuvent avoir besoin de 8 semaines pour que leur sommeil retrouve la normale. Il semble y avoir moins de différence entre la manière dont les couche-tôt et les couche-tard sont affectés par le retour à l’heure normale, bien que certains éléments indiquent que la transition d’automne soit moins facile pour les couche-tôt qui ont par conséquent moins d’exposition à la lumière matinale.

Est-ce que le fait d’avoir plus de lumière le soir est une bonne chose ?

Non, car lorsque l’on est exposé à la lumière le soir, qu’il s’agisse de la lumière du jour, des lumières de l’intérieur de nos maisons ou des lumières de nos appareils électroniques, notre cycle circadien reçoit un signal indiquant que l’on devrait aller au lit plus tard et se réveiller plus tard. Un coucher plus tardif est associé à des problèmes de santé physiques et psychologiques tels que l’obésité, la dépression et les maladies cardiaques. Cela est également associé à la somnolence au cours de la matinée qui contribue aux accidents, à une mauvaise productivité et à des mauvais résultats scolaires. 

Quelques conseils pour aider votre corps à s’ajuster au changement d’heure

Prendre les devants

Au cours des jours qui précèdent le changement d’heure, mettez-vous au lit 15 à 20 minutes plus tôt chaque nuit. Le fait de s’ajuster ainsi progressivement permettra à votre corps d’être moins perturbé par le changement.

S’exposer à la lumière du jour

Dès le réveil, faites un tour à l’extérieur. La lumière du matin enverra un signal fort à votre cerveau, ce qui aidera à ajuster votre horloge interne. S’il ne vous est pas possible d’aller dehors, essayez au moins d’ouvrir une fenêtre pour prendre la lumière. 

Arrêter de boire du café après 14 h

Nous sommes nombreux à prendre un café dans l’après-midi ou la soirée, mais il faut savoir que la caféine peut rester dans l’organisme plus longtemps que l’on ne le pense et rendre l’endormissement plus difficile.

Soigner son hygiène de sommeil

Pour faciliter le sommeil après le changement d’heure, assurez-vous que votre chambre soit sombre, silencieuse et fraîche. Évitez l’alcool et les appareils électroniques avant de vous coucher et adoptez une routine de sommeil calme.