L’alimentation forte en sucres et aliments industriels accélère-t-elle le vieillissement osseux ?

0
381

douleurs dorsales

Les douleurs dorsales sont l’un des motifs les plus courants de visite chez le médecin, mais aussi une des causes majeures d’invalidité dans le monde. Les douleurs dorsales incluent les fractures des vertèbres, les déformations de la colonne vertébrale, la dégénérescence discale et l’étirement musculaire qui diminuent tous sensiblement la qualité de vie et la capacité fonctionnelle. Il existe une grande variété de facteurs prédisposants pour les douleurs au dos, cependant, les scientifiques ont récemment cherché un lien entre l’alimentation et les pathologies de la colonne vertébrale. L’un des groupes de composés nutritifs en question a été examiné de plus près : les produits finaux de glycation avancée. Ceux-ci sont des composés produits par des réactions chimiques entre le sucre et les autres composants des graisses, protéines et acides nucléiques. Les produits de glycation avancée (PFGA) peuvent se former dans le corps en conséquence d’un fort taux de sucre dans le sang et peuvent aussi être consommés dans les aliments industriels. Les recherches précédentes ont associé les PFGA à un risque accru de fracture et ont souligné le lien de causalité entre le diabète et les dégâts à la colonne vertébrale (en raison du contenu fort en PFGA des tissus de la colonne). Cependant, peu de recherches ont été menées pour mettre en évidence l’action des PFGA sur la santé vertébrale.

C’est pourquoi un groupe de chercheurs du Mont-Sinaï et l’institut polytechnique de Rensselaer ont collaboré pour savoir si les grandes quantités de PFGA dans le régime alimentaire contribuent à la dégénérescence de la structure vertébrale. Les sujets de l’étude sont des souris mâles et femelles alimentés à forts et faibles taux de PFGA pendant 6 ou 18 mois. Bien que nourries différemment, les deux groupes ont reçu le même nombre de calories dans leur alimentation. À la fin de l’étude, les chercheurs ont mesuré la structure et la fonction osseuses des souris en plus du taux de PFGA dans le sang et les os.

taux de sucre

Les résultats montrent des taux accrus de PFGA dans le sang et la surface vertébrale externe des souris âgées de 6 mois seulement nourrie avec de forts taux de PFGA. Les taux de sucre sont restés normaux pour tous les autres animaux de l’étude. Sous régime alimentaire fort en PFGA, les souris de 6 mois avaient des vertèbres frêles et une densité minérale osseuse réduite. Les tests biomécaniques et analyses qui suivirent ont confirmé le déclin fonctionnel chez les souris de 6 mois. À 18 mois, les souris mâles et femelles nourries à fort taux de PFGA montraient une diminution faible, mais notable, de densité osseuse sans changement fonctionnel pouvant les différencier d’autres effets du vieillissement. L’étude conclue donc que l’alimentation forte en produits de glycation avancée cause la dégénérescence de la structure vertébrale, le déclin de la fonction et la diminution de la résistance à la fracture chez les souris jeunes d’une manière qui suggère le vieillissement osseux accéléré.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here